10 conseils pour découvrir l'astro

Combien de fois nous a-t-on posé cette question sans savoir bien y répondre ? En lisant la revue américaine Sky & Télescope de février 94, je suis tombé sur cet excellent article de A.MacRobert, dont de larges extraits sont traduits ici.

Y. Lhoumeau


Souvent, l’astronome débutant se décourage face à ses propres maladresses, devient frustré ou abandonne carrément. Ces expériences donnent aux yeux du public l’impression que l’astronomie est un loisir difficile, idée fausse et totalement inutile. Cet article présente maintenant quelques idées essentielles que tout amateur devrait savoir, débutant ou chevronné.

1° Documentez-vous !

L’astronomie est un passe temps éducatif. Son attrait provient à la fois de la curiosité intellectuelle et de la connaissance du ciel nocturne, si mystérieux. Assistez à des conférences, à des séances de planétarium, c’est en général très motivant. Les livres et les revues sont aussi des outils très importants. Lisez des revues du genre, Ciel & Espace, Eclipse, Pulsar, même anciennes. Vous y apprendrez une foule de choses, de trucs en tout genre. Lisez des livres d’astronomie, en deux mots, soyez curieux ! Il ne faut pas attendre que les autres amateurs vous "servent du tout cuit". Car c’est en cherchant ainsi que l’on acquière une expérience solide.

2° Apprenez le ciel à l’oeil nu

L’astronomie amateur est un loisir de plein air. Allez dans la nuit, et apprenez le nom de quelques étoiles, les formes de constellations. Nombreux sont les livres qui pourront vous guider, tout en vous indiquant l’origine et la mythologie des constellations. Une carte du ciel tournante sera un outil très pratique pour vous aider dans votre promenade céleste, parmi les saisons. Même si votre passion pour l’astronomie ne continue pas, la facilité à reconnaître et à dire "tiens, ici c’est Arcturus" vous fera sans doute plaisir et vous donnera peut-être l’impression d’avoir une place quelque part dans le cosmos (ah, les grands rêveurs)

3° Inutile de se ruer chez le premier opticien venu pour acheter un télescope

Beaucoup de loisirs nécessitent immédiatement une dépense importante (vous ne pouvez pas faire du Surf sans planche, non ?). En astronomie c’est différent et même le contraire. Faire une grosse dépense pour acquérir un matériel perfectionné dès le départ ne vous entraînera pas forcément sur la bonne voie. C’est pourtant l’erreur la plus commune de tout les débutants. La plupart des personnes qui demandent conseil sur l’achat d’un télescope posent la question "puis-je tout voir, les planètes, les nébuleuses, faire de la photo..." Ils sont persuadés que faire un tel achat est un premier pas essentiel: quelle erreur ! Pour utiliser un télescope avec satisfaction, vous devrez d’abord connaître "votre ciel", l’avoir observé à l’oeil nu, être capable de trouver des objets d’après les étoiles visibles et une carte. Il faudra aussi connaître les limites du télescope et de soi-même, en connaître assez sur les objets que vous cherchez pour pouvoir les reconnaître et les apprécier. Souvent les meilleurs astronomes amateurs sont ceux qui ont commencé à observer avec un équipement très modeste. A force d’acharnement pour tirer le maximum de leur instrument, ils ont étudiés à fond le ciel, les cartes, et entraînés leurs yeux à l’observation nocturne. Cette expérience est indispensable pour l’observation future avec un matériel plus puissant.

4° Débutez avec une paire de jumelles

Une paire de jumelle est sans doute le premier instrument idéal pour l’astronome, et cela pour plusieurs raisons. Avec des jumelles, vous disposez d’un grand champ et vous pouvez donc facilement vous repérer dans le ciel. Un télescope ne grossit qu’une partie minuscule du ciel, difficilement repérable sans habitude. De plus, les jumelles fournissent une image non renversée et en plus elles sont toujours devant vous: vous pouvez donc contrôler à tout moment la zone que vous pointez; par contre, l’image télescopique est renversée, et il faut généralement observer à angle droit de l’objet pointé (cas du télescope de newton ou du cassegrain avec renvoi coudé) Enfin, une paire de jumelle représente une dépense acceptable pour un petit budget. On en trouve un peu partout (opticiens, grands magasins,etc.) Les performances sont tout à fais honorables. Grossissant 7 à 10x en général, le gain de lumière entre oeil nu et jumelle est plus important que le gain de lumière entre jumelles et télescope. Autrement dit, vous observez aux jumelles une image deux fois moins brillantes que dans un petit télescope pour un prix oscillant entre 1/10 et 1/4 du prix d’un télescope. Les jumelles sont excellents au niveau rapport qualité/prix. Pour l’astronomie, le plus gros diamètre possible est à choisir. La qualité optique est aussi très importante. Cependant, n’importe quelle paire de jumelles que vous possédez peut-être au fond d’un placard peut faire l’affaire pour commencer une "carrière" d’astronome amateur.

5° Utilisez des cartes et des livres d’observation

Que faire avec une paire de jumelles ? Vous pouvez regarder la lune, balayer les champs stellaires de la voie lactée, mais très vite, vous voudrez vous y reconnaître. Si vous avez appris à repérer les constellations principales, et muni d’une bonne carte détaillée, l’observation aux jumelles pourra vous occuper toute une vie. Vous pourrez découvrir la plupart des objets de Messier, des amas d’étoiles, des nébuleuses, des galaxies. Vous observerez également les mouvements incessants des satellites de Jupiter, les phases de vénus. En regardant la lune vous pourrez apprendre à reconnaître une multitude de cratères, mers et montagnes. L’observation d’étoiles doubles colorées sera également possible, sans oublier les variations d’éclats plus ou moins périodiques de certaines étoiles. Il faudra alors savoir ce que vous voulez observer. En utilisant cartes et livres d’observations, vous découvrirez ce goût mystérieux pour la chasse aux objets faibles. Comme un marin au milieu de l’océan avec sa carte, vous apprendrez à vous repérer, à découvrir de nouveaux horizons. De plus, l’expérience acquise en observant aux jumelles vous sera précieuse lorsque vous utiliserez un télescope.

6° Trouvez d’autres passionnés

Etre autodidacte c’est bien, mais il ne faut pas rester dans son coin. Tout astronome expérimenté vous le dira, avant d’avoir acquis son savoir-faire, il a essuyé des échecs. C’est en général en confrontant les expériences au sein d’un club que l’on trouve une solution à un problème. De plus, vous pouvez utiliser également utiliser du matériel que vous ne pouvez pas forcément vous acheter.

7° Quand c’est le moment d’acheter un instrument

Vous avez passé des heures à lire des publicités, à comparer. Vous connaissez les différents types de télescopes, vous savez ce que vous attendez. C’est maintenant le grand jour. Ce n’est pas le moment de négliger la qualité, sous prétexte de fausses économies. Fuir comme la peste certains rayons soi-disant "astronomie" présentant de frêles instruments qui sont là pour vous influencer par leur aspect flatteur. Le télescope que vous rechercher répond à deux critères: solide monture, et mouvements doux, haute qualité optique. Prendre de préférence un grand diamètre, mais n’oubliez pas le coté transport et l’aspect pratique. Le télescope ne devra pas être trop lourd et être facilement installable. D’ailleurs ne dit-on pas toujours: "le meilleur instrument est celui dont on se sert le plus". Vous n’avez pas les moyens en ce moment ? Qu’a cela ne tienne. Economisez ! Utilisez vos jumelles un an de plus, vous n’aurez aucun regret. Il serait insensé en effet d’acheter un instrument bon marché de second choix, qui va fatalement décevoir. Et pourquoi pas envisager la construction d’un télescope si vous être bon bricoleur ?

8° Perdez votre "Ego"

L’astronomie enseigne la patience et l’humilité. Si vous ne vous en doutiez pas, vous feriez mieux de vous y préparer ! Vous ne pouvez rien contre les nuages qui masquent le ciel, la distance extrême et le faible éclat des objets que vous souhaitez voir. Parfois, vous aurez préparé une observation pour un phénomène bref, et comme par hasard, au moment de l’évènement vous ne serez pas prêt. Keep cool ! Ca arrive plus souvent que l’on ne pense. L’univers ne se plie pas selon vos désirs; vous devrez l’accepter tel qu’il est. La plupart des objets, observés avec un petit ou un gros télescope sont souvent faibles, très petits et diffus. Si vous cherchez des images à sensations, il vaut mieux rester au chaud et regarder une vidéo à la télé. L’astronome amateur débutant rencontre toujours une bonne quantité de pièges de toutes sortes, qu’il est difficile d’éviter. Garder toujours un calme très "zen". Cela vous aidera vraiment.

9° Soyez relax et décontracté

Perdre son "Ego" ne représente d’une partie du travail. Votre télescope lui aussi est loin d’être parfait, même si l’avez payé très cher. Ne soyez pas contrarié par les différentes méthodes pour nettoyer la précieuse optique, ou tenir un livre d’observation. Surtout n’ayez pas l’impression que l’on peut utiliser un télescope à 100% de ses capacités immédiatement sans expérience. C’est impossible ! Une certaine catégorie d’astronome amateur (très peu nombreux malheureusement) réalise des travaux scientifiques. Ils s’aventurent dans la nature sauvage pour rapporter ensuite quelques chiffres qui serviront peut être un tout petit peu à comprendre l’univers. Un tel projet transforme alors l’amateur débutant en amateur expérimenté tout comme le touriste céleste occasionnel devient un fanatique de l’observation du ciel profond. Cependant ces travaux ne sont réalisables uniquement par certains, qui possèdent le savoir-faire et le temps libre pour s’adonner à leur passion L’astronomie amateur devrait vous calmer et vous détendre. SI vous vous exaspérez sur l’aberration chromatique de votre instrument ou si vous cherchez pluton en vain, prenez une grande respiration et rappelez vous que vous faites de l’astronomie pour votre plaisir. Vite, lentement, intensément ou modérément, à votre propre rythme, faites de l’astronomie.

10° un peu de lecture: en page suivante, quelques ouvrages incontournables